Tomber en bas de nous

Je n’ai plus les mots pour décrire comment tu me fais sentir. 

J’ai marché des centaines de kilomètres pour te retrouver quelque part, quelque part en suspens qui ne m’attend nulle part. 

Tu m’as dit : « J’suis pas prêt, j’suis pas bon, étends-toi un peu, fais un peu de bruit, pas trop, juste assez, mais ne tombe surtout pas en amour avec moi, s’il te plaît. »

Je n’ai rien compris, il faut croire. Je t’ai ouvert mon cœur plus grand que mes jambes, tu sais le nombre de fois aussi que je t’ai ouvert mes jambes. Tu les as comptées, ces fois. Plus grandes que le ciel, que les nuages, que toutes les galaxies. Mon corps contre le tien pour toujours. 

Je t’ai aimé tellement vite, ça m’a crissé en bas de mon balcon, du toit de ton appartement et de l’ombre du Farine Five Roses. J’ai pensé voler, me rattraper. Estie que t’aimer c’était bon.

Si tu savais à quel point j’ai encore en mémoire tes baisers laissés au bas de mon dos, tes lèvres tatouées qui serpentent et chatouillent ma peau crevassée, tes mains qui ont brûlé mes hanches au troisième degré.   

Nos mémoires en sables mouvants, en secondes arrêtées, en remous à contre-courant. Comme j’ai de la difficulté à nager jusqu’à toi — à m’accrocher. Chaque gorgée je me noie. Ne vois-tu pas que je t’appelle au beau milieu de la mer où tu laisses des milliers de femmes comme moi mourir?

Et encore et encore, je vais recommencer à courir, à me laisser faire l’amour par des millions d’hommes sans visages. Je vais compter les jours sans toi après chaque tour du monde en 365. Malheureusement, je n’oublie rien.

Il va neiger, grêler, mouiller en milliards de gouttelettes sur mon corps. Je vais pleurer. Plus fort. Encore. Je cours après moi-même. 

J’ai déjà tout vu, ce n’est pas la première fois que je joue au jeu de l’amour, que je m’enfonce des couteaux dans le ventre qu’on me tend en silence. 

Je vais te chercher parmi les yeux des autres. Je sais qu’au bout de tout, je peux te retrouver. Traverser Champlain en full speed, retenir mon souffle au creux du tunnel Lafontaine, me tremper le bout des orteils dans la gorge de la Jacques-Cartier. Faire autant d’allers-retours qu’il le faut : c’est à nous de prendre tout ce qui nous est offert.

Je vais te le dire enfin : je t’aime. Je t’aime encore. Il n’y a pas une seconde où je ne t’ai pas aimé, où je ne me suis demandé si je t’aimais ou pas. Je t’aime. Je sais c’est dur, ça fesse. C’est compliqué, ce n’est pas facile. Tu voulais juste que je m’étende un peu tout près de toi pour te réchauffer. Excuse-moi, je me suis enfoncé les doigts dans les oreilles quand tu m’as supplié de ne pas tomber en amour avec toi.  

Je suis désolée de ne pas t’avoir écouté. Laisse-moi retourner à la vraie vie, à me mouiller les cheveux dans les eaux des villes que je découvre sans toi. 

Je dois faire comme si, tous les jours. Me fermer les yeux pour les ouvrir en constatant que tu ne seras plus jamais là. Un rêve — je n’ai plus le temps de te chasser la nuit. 

Laisse-moi dormir. 

Photo Chuttersnap

Les folies des beaux jours

Mon amour,

Si je t’écris aujourd’hui, c’est parce que j’achève de patienter de te parler. Du temps à la distance, mon cœur bat un peu trop fort et de loin.

Je ne sais pas si j’ai toujours les bons mots pour m’exprimer, tant je les ai pleurés à penser à toi.

On pourrait prendre le temps de jouer à la chronologie de nous deux, à se rappeler quand et comment on est tombés si fort en amour l’un pour l’autre. 

J’hésite entre la tendresse de tes yeux et la souplesse de tes mains. Il y a toujours eu quelque chose de magique et de doux entre le mélange de tes prunelles à tes doigts. Comme un ballet, une danse infinie entre le tempo de ta peau et le sauvage de ton regard.

Obsession. Désir. Fantasme.  

Je me souviens de la première nuit d’amour, nécessaire aux battements de mon cœur, comme les artères qui pompent le sang de mon bassin à mon cerveau. Tomber de haut, comme un oiseau qui fend ses ailes frêles en coupant trop carré le coin d’un bâtiment. Je n’ai rien vu.

Aveuglée par tes mots et les vagues formées parmi les draps de ton lit, j’ai nagé les yeux fermés. Je me suis noyée. Les folies des beaux jours. Perdue entre deux ou trois de tes baisers, à ramer à contresens pour te retrouver.

Ton corps. Comme un phare en plein centre des brumes qui placardent les espaces vides de ma vie. Les bateaux qui passent, leurs chants misérables qui fracassent le silence des mers. Noyade.

Je suis triste. Je m’ennuie.

C’est difficile les matins sans tes bras autour de mon corps. J’imprime lentement les souvenirs de tes odeurs laissées chez moi. Reviens. Je ne sais plus comment me lever, comment sortir du lit, comment avancer. 

J’essaie de te faire l’amour de loin. Quand je jouis à l’infini, quand je pianote mes sentiments sur mon sexe, quand mes orgasmes atteignent le ciel et la terre, je pense à toi. Je vis en toi. Visualiser ton corps dans le mien allume toutes les passions qui m’habitent. 

Mais tu n’es pas là. Je cherche. Les deux bras plongés dans la houle de ta peau, je colle les algues vagabondes à mon ventre qui explose. Mirage. Aquaculture. Littoral. J’explore les limites et je ne trouve pas l’entre-deux. Myope du cœur. 

Sensation du vide. Tout le temps. Quand tu es à l’autre bout du monde. 

On se lasse et on se prélasse via les centaines de kilomètres. Te perdre. Pourquoi ? Non. Jamais.

Mon amour, si je t’écris aujourd’hui, c’est parce que je sais que je t’aime. Et que toi aussi. Je sais aussi que les folies des beaux jours sont les préludes aux nouveaux matins avec toi.

Je sais que t’aimer, c’est de ne plus jamais fermer les yeux la nuit. Et foncer vers l’inconnu, mon corps fondu au tien. Pour toujours. 

Photo Andrew Charney

Étoiles infinies

Ma belle, ma douce et ma sauvage. Ondule, roule et brille sur ma peau comme un mirage. Ta bouche affamée pour mon corps et mon sexe bave d’envie devant tes yeux remplis d’étoiles infinies.

J’avance comme une chatte devant toi, cambrée comme un fauve qui chasse et guette ton cœur de gazelle.

Allez, avance, c’est ça. Embarque sur moi. Fais-moi vibrer, encore et encore. Prends-moi, possède-moi. Mon corps t’appartient. Amour d’une vie.

Je m’assois sur toi. Rien ne peut m’arrêter, je me donne à toi. J’ai envie de nos corps en un seul.

Je te sens et te lèche. À distance comme devant, ton corps je le sens partout et dans les ailleurs. Je te cherche constamment. Odorat aiguisé à frotter ma bouche sur ta peau pour tatouer mon odeur au creux de ton épiderme à tout jamais.

Je courbe mes hanches, serpentant sensuellement sur ta peau chaude et mouillée. Et je te fais entrer comme ça, sans crier gare. Mes doigts glissent dans ta bouche.

Oui, ma beauté. Femme fatale que tu es, sexuelle et sensuelle. À frotter tes sens et ton sexe sur mon bassin. Je touche tes seins, je laisse couler ma salive entre tes cuisses. Fais bouger mon corps au rythme du tien.

Je te contrôle. Je veux me faire jouir sur toi. J’ai besoin de jouir sur toi. Tu m’excites, comme ça ne fait pas de sens. Ma tête en 360, une toupie en alchimie, mon cœur rempli de tornades, des vertiges plein le ventre, mon corps en vagues ondulantes… tu me fais vivre.

Ton sexe se contracte sur le mien. Les vagues se lèvent entre mes cuisses, toute la houle du monde se balance et se berce en un seul océan qui rejoint les tempêtes de ton corps. Je veux jouir en toi. Maintenant.

Allez, viens, c’est ça. Jouis en moi. Redécouvre-moi, mon corps, mon cœur. Fais crier tous les sens et les odeurs de ma peau reluisante et saignante pour ta bouche en agonie.

Jouir te fait jouir. Tu me rejoins en une seule et unique symphonie. Nous deux qui perçons et déchirons le silence de la pièce. Nos cris de jouissance en harmonie, comme un chœur infini. Toi et moi, ensemble et pour toujours.

Mon âme qui s’ouvre sur la tienne, mes yeux qui valsent et s’échappent dans le courant de nos chocs électriques. Vibrations. Naufrage. Harmonie. Douceur. Vrai. Sensualité. Amour. 

Toi et moi, encore et toujours. 

Photo Fabrizio Verrecchia

Tempête de mon coeur

Quand tu poses tes mains sur mon corps, une tempête m’habite.

De toutes les vagues que j’ai ressenties, un courant d’air me passe de la colonne vertébrale au ventre lorsque tu possèdes ma peau. Mon cœur en suspens — comme une eau calme, brouille toutes les mers et marées de mon épiderme. 

Tu m’étourdis. Comme une tornade, comme les brumes près des eaux du matin. Tes aurores matinales m’absorbent et m’envoutent comme des sorts jetés. Petite sorcellerie, tu m’aspires et couches toute mon âme sur la tienne.

Quand ton corps entre dans le mien, je sens que le monde arrête de tourner. Ton sexe lové au creux du mien, délicate fleur qui s’ouvre pour tous tes sens, mes jambes ouvertes grandes comme le ciel accueillent ton essence comme les premiers rayons de soleil.

Tu es là, en moi, toujours et du matin jusqu’au soir, je rêve de ta peau, de ton corps, de ton cœur qui bat entre mes jambes. 

T’ai-je déjà dit à quel point ton corps faisait vibrer le mien ?

Quand tes doigts retrouvent leur chemin en moi, à l’entrée de mon sexe, où mon cœur bat en trombe, où je me m’ouvre, fane et renaît à la fois — ce sont toutes les eaux de mon corps qui se rejoignent en un seul et unique océan. 

Tu me réchauffes le sang, printemps et été à la fois entre toutes mes veines. Tu allumes tous les feux dans mon ventre, braisés par tes doigts qui tachent ma peau d’ecchymoses de nos nuits d’amour.  

Je perds la tête. Doucement et lentement quand j’imagine nos peaux réunies. Au fond de ton lit, ton corps ambré qui coule et fond sur le mien. Je jouis sur, dans et avec toi. 

J’ai envie de toi. Tout le temps. Je t’appelle ici et maintenant. Là. Je te supplie.

Mon amour, rejoins-moi.

Viens calmer la tempête de mon cœur. 

Je t’attends.

Photo Jeremy Bishop


Dernier envol

🖤 Audio de Dernier envol 🖤

Mon amour, mon hirondelle, ma reine des quatre saisons,

Si je t’écris aujourd’hui, c’est pour m’imprégner une dernière fois de toi et de nous. Mon cœur en sang, mes mots doux, ma colombe qui s’envole sans vœux exaucés, je me crève les yeux juste à penser que tu m’as échappé, que tu as glissé entre mes doigts fragiles et frêles.

Tu es partie au début du printemps, quand les tulipes commençaient à se pointer le bout du nez et que les journées s’allongeaient. Ton corps s’est dégourdi, comme ton cœur s’est alourdi. Je me suis affaibli.

Je me souviens de nos mains entremêlées dans ton lit. Tous deux nus, les peaux collées et avides de plus et jamais de moins. Quand tu me faisais l’amour, c’est le monde entier qui se dévoilait et s’ouvrait à moi. Comme tous les petits recoins des pétales d’une rose immortelle.

Ton corps.

Une œuvre d’art que je caresse encore en silence et en cachette, à distance, à m’imaginer ta peau glisser sur la mienne laissant son odeur entre mes pauvres doigts faibles et mes draps. Encore et encore. Mon ange d’une vie, ma femme fatale, mon âme qui vole et s’envole. Loin.

Tu me manques.

Ta façon de me regarder le matin. Le bout de tes seins qui pointent vers le ciel sous ton chandail. Les marques zébrées de ta peau, sous tes fesses, qui démontrent le corps d’une vraie et belle femme. Ton rire qui perce le silence du corridor de mon appartement vide sans toi. Tes yeux plongés dans les miens quand tu glisses ta langue sur mon sexe. Tes mains fines qui pianotent les notes de notre histoire d’amour sur mon ventre frissonnant. Ton esprit tout doux qui tourmente le mien. Ton intelligence qui me déstabilise. Ta fougue incroyable. Ton ambition sans fin et sans limites.

Je t’aime.

Notre amour, nous deux me manque.

Tes doigts dans ma bouche. Tes jambes qui emprisonnent mon corps. Tes fesses qui claquent sur mes hanches. Ton sexe qui mouille le mien. Tes orgasmes qui rejoignent les racines et l’essence même de mon âme. Ta langue qui frétille et dessine son chemin au travers mon esprit. Le bruit de nos corps parfaitement en communion qui fait trembler toutes les terres de la ville et du monde entier.

L’été va arriver, la finesse de tes jambes va se dévoiler. Ton corps allégé par la perte du mien. Ton âme légère et frivole qui va semer son cœur auprès d’autres papillons. Je resterai là, dans le cocon de notre amour à tisser et à pleurer nos beaux jours.

Je resterai là à t’attendre ma belle et douce amour d’une vie. De l’automne à l’hiver et au renouveau du printemps et des abeilles d’été, je t’attendrai ma beauté, ma douceur, ma princesse.

Je t’attendrai pour m’envoler auprès de toi une dernière fois.

Photo Sharon McCutcheon