Dernier envol

🖤 Audio de Dernier envol 🖤

Mon amour, mon hirondelle, ma reine des quatre saisons,

Si je t’écris aujourd’hui, c’est pour m’imprégner une dernière fois de toi et de nous. Mon cœur en sang, mes mots doux, ma colombe qui s’envole sans vœux exaucés, je me crève les yeux juste à penser que tu m’as échappé, que tu as glissé entre mes doigts fragiles et frêles.

Tu es partie au début du printemps, quand les tulipes commençaient à se pointer le bout du nez et que les journées s’allongeaient. Ton corps s’est dégourdi, comme ton cœur s’est alourdi. Je me suis affaibli.

Je me souviens de nos mains entremêlées dans ton lit. Tous deux nus, les peaux collées et avides de plus et jamais de moins. Quand tu me faisais l’amour, c’est le monde entier qui se dévoilait et s’ouvrait à moi. Comme tous les petits recoins des pétales d’une rose immortelle.

Ton corps.

Une œuvre d’art que je caresse encore en silence et en cachette, à distance, à m’imaginer ta peau glisser sur la mienne laissant son odeur entre mes pauvres doigts faibles et mes draps. Encore et encore. Mon ange d’une vie, ma femme fatale, mon âme qui vole et s’envole. Loin.

Tu me manques.

Ta façon de me regarder le matin. Le bout de tes seins qui pointent vers le ciel sous ton chandail. Les marques zébrées de ta peau, sous tes fesses, qui démontrent le corps d’une vraie et belle femme. Ton rire qui perce le silence du corridor de mon appartement vide sans toi. Tes yeux plongés dans les miens quand tu glisses ta langue sur mon sexe. Tes mains fines qui pianotent les notes de notre histoire d’amour sur mon ventre frissonnant. Ton esprit tout doux qui tourmente le mien. Ton intelligence qui me déstabilise. Ta fougue incroyable. Ton ambition sans fin et sans limites.

Je t’aime.

Notre amour, nous deux me manque.

Tes doigts dans ma bouche. Tes jambes qui emprisonnent mon corps. Tes fesses qui claquent sur mes hanches. Ton sexe qui mouille le mien. Tes orgasmes qui rejoignent les racines et l’essence même de mon âme. Ta langue qui frétille et dessine son chemin au travers mon esprit. Le bruit de nos corps parfaitement en communion qui fait trembler toutes les terres de la ville et du monde entier.

L’été va arriver, la finesse de tes jambes va se dévoiler. Ton corps allégé par la perte du mien. Ton âme légère et frivole qui va semer son cœur auprès d’autres papillons. Je resterai là, dans le cocon de notre amour à tisser et à pleurer nos beaux jours.

Je resterai là à t’attendre ma belle et douce amour d’une vie. De l’automne à l’hiver et au renouveau du printemps et des abeilles d’été, je t’attendrai ma beauté, ma douceur, ma princesse.

Je t’attendrai pour m’envoler auprès de toi une dernière fois.

Photo Sharon McCutcheon

Agonie animale

Ce sont tes doigts chirurgicaux qui m’ont ramené à la vie. J’étais sous tes griffes étendue comme une toile vierge. Cette journée-là, j’étais frigorifiée. Ce n’était pas septembre qui me cassait la gorge, mais plutôt le cœur que j’avais en glace. Tes mains sur ma peau froide ont réchauffé mon corps. Mon âme sous tes paumes est revenue, mais surtout, devenue à la vie. J’étais enfin là, présente et devant toi. Mes yeux allumés dans les tiens et nos haleines qui se mêlaient laissaient mon bassin se dégourdir de par lui-même. Ta voix me berçait lentement dans une agonie qui m’était impossible de repousser. J’avais envie de te respirer et de tout voir au travers ton regard.

Je glissai doucement devant toi, me laissant tisser par la toile de ton charme. C’était mon cœur qui explosait et mon sexe qui se réchauffait sous l’immobilité que tu créais de force avec ma personne. Lentement, je brisais la couche de givre en moi. Le contact de ta peau sur la mienne allumait la boule de feu qui était éteinte dans le bas de mon ventre depuis longtemps, trop longtemps. Haletante, j’avais peine et misère à rester là sans pouvoir te caresser. Cette fixation que j’avais sur toi me permettait de te sentir et de goûter ce parfum émanant de tes articulations. J’étais sexuelle et animale, je sentais que la femme érotisée en moi pouvait tout te faire. J’avais envie de te posséder et de te laisser faire ta place dans mon bassin. Comme dans un rêve, je souhaitais être ta muse. Habillée tout en noir, je voulais être celle qui claque ses jarretelles pour t’appeler le soir. Je priais pour pouvoir passer ma langue du bas de ton nombril jusqu’à tes lèvres. C’était la femelle excitée qui désirait te griffer, la même qui tentait de se faire un nid dans tes bras. Mon rouge à lèvres aurait laissé des traces vulgaires à la base de tes cuisses. J’aurais voulu que tu marques au fer brulant mes fesses de tes applaudissements. J’étais belle pour toi, à t’envouter et à te chanter tout ce que tu voulais entendre. C’était dans ma bouche que je voulais que tu habites et pour toujours, cette éternité à ne jamais te voir repartir. J’ai dû te laisser quitter, car dans cette vie, celle du présent ; tu n’existes pas. Peut-être un jour aurais-je la chance de te créer, de t’avoir, de te toucher, de t’aimer… Mais toujours je pourrai t’écrire.

Comme un firmament infini, tu étais là pour y être spécifiquement pour faire grogner la femme en moi. Ce soir, je t’écris timidement sans rien te demander en retour derrière ma machine à écrire. Je t’attendrai et je sais que tu reviendras. Quand les feuilles recommenceront à tomber, tu poseras ton pied sur ma terre. Tu me prendras par surprise comme si j’avais été frappée par la foudre. Ce même coup qui m’a éveillée à tous ses sens qui tournent maintenant autour de toi sera fatal la prochaine fois. Cette sensation de brulure quand je pense à toi est difficile à apaiser. Tu es immortalisé sur mon corps. À tout jamais.

Photo Michael LaRosa