Respiration infinie

J’arrive près de chez toi, je stationne ma voiture. Avant de sortir, je me regarde dans le miroir. J’ai mis ton rouge à lèvres préféré que j’ai assorti à mes ongles. Je sais quoi faire pour te plaire : je ne souhaite que te satisfaire. Constamment.

Un bref instant, je pense à toi nu, j’ai un sentiment de vertige qui m’habite soudainement et j’ouvre ma fenêtre pour respirer. Penser à ton corps, à ta peau, à toi, me rend complètement ivre.

Je sors finalement. Calmée et prête à te rejoindre sous tes draps.

Mes talons claquent sur le ciment, la musique de ces derniers résonne dans le silence de la nuit. Je sonne et je replace ma robe – ma jarretelle se fait voir des yeux curieux d’un inconnu de l’autre côté de la rue.

Tu déclenches la serrure de la porte, j’entre rapidement.

Les marches me semblent infinies, mais arrivée à ton adresse, la porte est déjà ouverte : le son de la résonance de mes chaussures t’indiquait que j’arrivais.

Silencieuse, j’entre et là, devant toi, je laisse tomber mon manteau sur le sol.

Tes yeux découpent les courbes de mon corps. Sous ma lingerie, tu es capable d’imaginer ma peau nue qui glisse sur la tienne. Je connais ce regard sur moi : ton désir, je le ressens jusqu’au creux de mon ventre.

Rapide et féline, mes mains se retrouvent déjà sur ton sexe grandissant qui se glisse tout aussi vite dans ma bouche.

Tu retiens ton souffle et ta main s’accroche à mon épaule. Vilaine, je te prends par les fesses et tu t’enfonces au fond de ma gorge où tu viens te cacher. Ta respiration se fait plus vite et pour te calmer, tu essaies de m’arrêter en tirant mes cheveux.

Mais bien au contraire de tes intentions premières, tu réveilles la tigresse en moi. Maligne comme je suis, mes jambes se glissent lentement sur les tiennes. Mes ongles pénètrent l’épiderme de tes cuisses et de dos, je te chevauche sans même hésiter.

Tu claques mes fesses. Fort. Tu laisses tranquillement des marques ; comme un fer rouge sur ma peau d’ivoire. Je lâche des cris qui se transforment en écho infini.

Tu me demandes de ralentir, de te laisser un peu de temps. Mais je ne veux pas m’arrêter ; je veux te sentir jouir en moi.

Mes yeux de chatte te regardent par-dessus mon épaule et ma langue se promène sur mes lèvres qui forment un cœur.

Ton regard tombe dans le mien :

« Viens en moi. »

Le temps s’arrête et s’efface, tu ne peux plus te retenir. Tu te laisses aller. Dans la danse de ton corps dans le mien, je te rejoins dans ton plaisir.

Puis enfin, tu respires. Tu respires librement et ton souffle chatouille ma peau. Je serpente ton corps jusqu’à tes lèvres et je t’embrasse.

Tu me regardes, ta main disparait entre mes jambes. Je souris, tu mords ma lèvre du bas. Tes doigts entrent en moi :

« Viens sur mes doigts. »

Et dans le silence de la pièce, de l’écho infini de mes cris, de mes lèvres barbouillées de rouge à lèvres, de mes ongles de féline dans ta peau, dans l’ivresse du désir incroyable que j’ai pour toi, je me laisse aller et je m’abandonne – je respire au même rythme que toi.

Enfin.

Photo Runnyrem

Laisser un commentaire